Famille

Mon accouchement après une chute

Je ne savais pas trop si j’allais partager cet article très personnel sur la toile. Finalement j’ai sauté le pas pour partager et surtout échanger avec vous sur cet événement tant attendu.

 

Je ne fais pas cet article pour trouver de la compassion ou de la pitié, mais juste pour partager mon expérience.  Je ne dis pas non plus que ce genre d’accouchement est courant, ni que pour vous ce sera pareil. Chaque accouchement est différent, chaque personne est différente… Donc rien ne peut être identique mais on peut retrouver des choses peut-être similaires. Ne prenez pas peur tout de suite mon cas est surement à part.

 

Je rêvais d’un accouchement parfait,  douloureux surement mais tellement parfait, dans une bulle… Comme quoi on peut toujours rêver notre accouchement mais on ne devrait peut-être pas trop, pour ne pas l’idéaliser et ne pas être trop déçue, ni au fond du gouffre si tout ne se passe pas comme prévu.

 

Pour planter un peu le décor, deux semaines avant la date du terme je suis malheureusement tombée en descendant les escaliers extérieurs d’une salle communale. Je suis donc tombé à l’avant, pour protéger mon ventre (et bébé bien sûr) j’ai dû me mettre à quatre pattes et donc en descendant les escaliers ben la première chose qui a heurté le bitume, c’était mon visage. Résultats détour aux urgences avec les pompiers, des points de sutures et un visage un peu (beaucoup, passionnément) amoché. S’en suit une nuit blanche et une surveillance accrue de bébé. Les monitorings de bébé était plutôt pas trop mal, mais à l’échographie le score de Manning (si j’ai tout suivit il regarde comment bouge bébé…) était mauvais. Après une semaine de contrôles mon gynécologue m’a proposé un déclenchement le vendredi matin, que nous avons accepté vu que nous étions à 1 semaine + 2 jours du terme et cela nous permettais d’avoir bébé avec nous avec un peu d’avance et de pouvoir le surveiller si besoin.

 

Donc le vendredi matin à 10h on m’a déclenché avec un tampon (qui est en fait une bande de tissu) inséré dans le vagin et qui doit rester en place 24 h ou moins si on perd les eaux ou que le travail commence réellement. Nous sommes restés 1h sous monitoring. Une sage-femme qui faisait de l’acupuncture est venu me mettre quelques aiguilles pour aider au déclenchement (j’ai trouvé ce service proposé par la clinique très sympa). Nous avons mangé dans cette salle de pré travail avant d’être dirigés vers notre chambre vers 14h (ce sera notre chambre pendant tout notre séjour) Et nous attendons que le produit fasse effet et que le vrai travail arrive. A 18h, sont arrivées des contractions de faux travail mais qui était là pour faire murir le col (pour qu’il s’efface correctement afin d’arriver après au travail avec la dilatation du col) elles étaient toutes les 3-4 minutes et duraient 30 à 40 sec en général et elles étaient de faible intensité (sur le coup c’est pas vraiment ce qu’on se dit mais avec les vraies après effectivement 😉 )

Je faisais les 100 pas dans le couloir de la maternité pour aider le travail mais on m’a dit de plutôt essayer de dormir ou en tout cas me reposer avant le grand moment.

 

Après un début de nuit peu reposant avec toutes ces contractions, vers 5h je trouvais qu’elles avaient augmenté en douleur, j’ai donc réveillé mon homme qui pouvait dormir à la maternité avec moi (merci les clinique qui propose ça ! C’est le top) En me levant pour appeler le service accouchement j’ai senti du liquide descendre. Et oui la rupture de la poche était là ! Le travail pouvait commencer.

Direction les salles de pré travail pour refaire un monitoring et vérifier tout ça. Effectivement la mise en route était lancée. On m’a proposé de faire un tour en salle physiologique qui avait une baignoire pour aider un peu sur les douleurs des contractions. Nous y avons passé deux heures de 6h à 8h.

 

Etant crevée (mais vraiment HS) j’ai demandé la péridurale au bout de ces 2 heures. Le choix était décisif : un changement d’anesthésiste allait se faire. Soit c’était tout de suite sans vérifier le col, soit dans ¾ d’heure après changement d’équipe et vérification du col. J’ai choisi de suite ! (En sortant de la baignoire je ne tenais même plus debout, je tremblais tout ce que je pouvais)

La péridurale arrivais, j’avais un peu peur quand même. Mais finalement, comparé aux contractions, c’est easy. Une fois installé elle a fonctionné pratiquement de suite, et j’ai béni l’inventeur de la péridurale (comme d’autres d’entre vous je suppose) j’étais finalement dilatée à 4 (ce qui est pas mal : je suis passée de 1 à 4 en deux heures dans la baignoire)

Le travail a continué doucement mais les monitorings de bébé commençaient à ne pas être top à partir de 11h donc le gynécologue nous disait « on laisse encore un peu de temps mais si ça ne va pas assez vite on fera peut-être une césarienne ».

 

A 14h, les résultats n’étant toujours pas bons, nous sommes préparés pour une césarienne où j’ai demandé que mon homme m’accompagne. On nous a dit ok vu que ce n’est pas une urgence, on prépare Mr et il nous rejoindra juste après.

 

Vous le voyez venir l’accouchement pas du tout merveilleux ?

 

Et oui ! Il ne nous a pas rejoint, car c’est devenu une césarienne URGENTE, puisque bébé grain de riz (Oui c’était son surnom depuis le début) n’allait pas bien du tout.

Après l’ouverture de toute les couches avant de finir de sortir bébé une sage-femme est venu me dire que l’on ne présenterait pas bébé on l’emmène de suite (Là on se dit zut c’est assez grave alors) j’ai quand même juste demandé qu’on me dise si c’était un garçon ou une fille. Un petit gars (ce que je souhaitais et mon homme aussi, même si nous ne savions pas le souhait de l’autre) qui est né à 14h37 avec un joli poids de 3.6kg. Je n’ai rien su avant un bon gros quart d’heure que l’anesthésiste revienne me dire qu’il était en peau à peau avec son papa. Ouf le soulagement !

Bon de cet accouchement sportif, bébé est sorti par la fenêtre au lieu de la porte mais fini tout de même dans le jardin comme dit ma sage-femme.

Il a eu quelques soucis au foie et au rein qui se sont résolue après une petite semaine au service néonatalogie de la clinique.

 

Pour mon allaitement je vous ferais un petit article à part, celui-ci étant déjà très très long.

 

En conclusion l’accouchement est normalement un moment merveilleux que je pensais vivre avec  mon homme. La césarienne ne me dérange pas du tout surtout sachant que ça a sauvé mon bébé. Mon seul petit regret et que mon homme et moi n’ayons pas découvert notre beau bébé (et oui parce qu’il est magnifique en plus ! dit le parent pas objectif pour un sous 😉 ) ensemble.

Tant pis maintenant il faut que je tourne cette page pour profiter pleinement de mon bébé qui va bien (et moi aussi) ce qui est l’essentiel, non ?

 

Et vous, votre accouchement comment s’est-il passé ? Était-il comme espéré ?

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *